L’ère du large

Adrienne Ribes-Tiphaine
L’ère du large


Signant la mort du slim, le pantalon évasé est la star de la saison. Comment s’est-il imposé dans un monde qui digère à peine l’étroit ? Dates clefs.



Années 70
Jane Birkin, ses paniers, ses sabots et son jean large devient une référence du style. La combinaison « jambe longue-taille haute » va faire référence.

Automne 2006
L’iconique Kate Moss déclenche une envie de changement en abandonnant le slim gris, que la quasi-totalité des filles du monde occidental copient.
Elle apparait dans un indigo large signé Top Shop. Tempête sur les blogs.
Cette dernière silhouette traduit-elle l’arrivée d’un nouveau chapitre de mode ?

Mars 2007
Le denim chic de See by Chloé est une des rares propositions de jeans larges sur le marché du denim, saturé de slim. Il est en rupture de stock. Le buzz prend. Du coup, Diesel, American Rétro ou encore Levi’s passent à l’acte.
Les modeuses commencent à peine à avoir du choix. Les plus branchées vont à Londres s’acheter le modèle de Kate Moss chez Top Shop

Eté 2007
Le large passe l’été tranquillement. Mais ce sont les peoples qui l’adoptent sous toutes ses formes et dans différentes matières.
On voit Keira Knigthley en pantalon à pont et marinière puis Jennifer Lopez en chemise blanche, gilet d’homme et pantalon fluide noir.
Mais l’engouement des célébrités n’indique pas un vrai phénomène de rue. Cornaqués par des stylistes, inondés de cadeaux par les marques, leur garde-robe fait office de «signes avant-coureurs».
 
Rentrée 2007
Un an après Kate Moss, toutes les marques s’y mettent. Et matraquent le large dans la pub.
Gap mise sur le modèle baptisé «Flare» et le propulse produit phare de sa campagne.
APC met le paquet sur sa version velours milleraies très «Love story».
Gérard Darel remporte tous les suffrages en faisant poser Charlotte Gainsbourg, son égérie avec le jean Anna, très proche de celui que portait sa maman dans les années 70.
H&M, Zara et Mango proposent des modèles branchés à prix démocratiques.
 
Novembre 2007
Le pantalon large s’affiche comme celui de la rupture. Le yang glamour du ying rock’n’roll. Il est vraiment passé des podiums à la rue, dans une version anti-bimbo.
La clé de son succès ? Avec lui on joue sur une élégance racée, à la Jane, à la Kate. Le large annonce déjà le retour d’un marronnier de la mode : le patte d’éph’ porté par le tsunami-hyppie prévu pour l’été 2008.
Lou Doillon qui dessine désormais une collection pour Lee Cooper (disponible en boutique au printemps 2008) a fait elle aussi sa version du jean large.
Jane-Charlotte- Lou : la boucle est bouclée.

Source



Add your comment
  Anonymous comment
Nickname:
Password:
  Remember me on this computer

Title:
Send me by email any answer to my comment
Send me by email every new comment to this article