Le cas du sac pour hommes

M-P.L
Le cas du sac pour hommes


Hyper grande, souvent luxueuse, la musette du mâle d’aujourd’hui fait débat



A l’échelle de l’accessoire, c’est une quasi-révolution : les marques de maroquinerie proposent désormais aux hommes d’adopter le sac à main. Il y a même des jeunes créateurs comme Stéphane Verdino ou Florent Denicourt qui en ont fait leur spécialité.
 


Le sac du mâle 2007 est un quasi-cabas à anse qui tient plus de la valise que du réticule. Dans le jargon, on appelle ça le sac 24 heures. Voire le 48 heures pour les plus grands formats. L’avantage c’est qu’il est pratique, on y fourre ses papiers, ses dossiers, son ordinateur et éventuellement ses affaires de sport.

 

 

Le problème c’est le porté. Seule la frange la plus sensible de la population masculine ose le porté «à la saignée du coude» façon Grace Kelly… Les autres sont sur une ligne «à bout de bras» ou «sur l’épaule». Et beaucoup ont adopté les sacs mous en toile ou en Nylon de chez Gap ou American Apparel.


 


Nos sondages, sans prétentions scientifiques, montrent encore des réticences chez les garçons.
Certains préfèrent aller les mains libres, le portefeuille dans la poche. D’autres choisissent le sac à dos quand une minorité a opté pour la besace.

Des solutions qui collent uniquement si on a renoncé à toute exigence d’élégance. Mais personne en tout cas ne regrette le baise-en-ville.

Chic ! Un consensus.

Source